Mon départ du festival


En 2007, en programmant mon dernier festival,  j’écrivais :

Je reste assis encore quelques minutes, seul avec mes souvenirs. Ma mémoire traverse avec beaucoup d’émotions, les deux ans de gestation pour créer le festival, puis les douze ans de programmations.  Cette période est remplie de rencontres avec les artistes, avec le public jeune ou moins jeune, chaleureux, timide ou éxubérant, reconnaissant, esthète ou curieux. J’ai pu parlé avec passion de la danse qui m’a ouvert les yeux sur le monde artistique contemporain dans lequel le signe se joue de nos connaissances et nous invite à de singulières aventures intellectuelles. J’ai décidé partir, de céder ma place, non à cause de ces problèmes quotidiens qui nous font parfois vaciller, mais parce que je crois très sincèrement que l’habitude tue la créativité, fait mourir doucement la passion et s’éteindre jour après jour les petites étoiles qui brillent au fond de nos yeux. J’aime à penser que le festival continuera à grandir et à offrir à cette magnifique ville d’Uzès, quelques bribes de la vie d’ailleurs, de la folie des créateurs, un autre regard sur le monde qui nous cerne et qui semble parfois bien trop loin.
Mon départ du festival