manager / emanuel gat dance


Au Festival Uzès Danse 2002, j'ai invité Emanuel Gat avec sa pièce "Ana wa anta", un duo qu'il a dansé sur la scène de l'Evêché. Pour la première fois, ce chorégraphe israélien venait en France présenter son travail et le succès médiatique fut au rendez-vous. En 2003, j'ai co-produit, avec le Monaco Dance Forum, un "Sacre du Printemps" mené tambour battant sur de la danse salsa et une fois encore le public et la presse nationale a ovationné cette performance éblouissante...

En 2007, je décidais de quitter le festival Uzès Danse et je suis devenu, à la demande d'Emanuel Gat, le manager de sa compagnie en Israël.  Mais l'argent manquait car il ne recevait qu'une petite subvention de la municipalité de Kyriat Gat. Malgré les coproductions que je parvenais à trouver auprès de festivals internationaux, il avait beaucoup de mal à vivre de son art. C'est alors que je lui ai proposé de venir s'installer en France. Emanuel Gat prendra plusieurs semaines de réflexion et un matin, j'étais chez moi en France, et au téléphone il m'annonce sa décision de quitter Israël. Il me fallait désormais trouver un lieu d'implantation dans le Sud de la France. C'était son souhait de vivre au soleil ! J'ai contacté plusieurs villes, rencontré des maires et des adjoints à la culture sans succès. Et puis un jour, à l'occasion d'un déjeuner de travail avec la directrice du théâtre de l'Olivier à Istres, elle me propose d'obtenir un rendez-vous avec le Président de la communauté d'agglomération Ouest Provence.

Après plusieurs mois de négociation, je suis parvenu à convaincre les différents Maire des villes d'accueillir Emanuel Gat et sa compagnie sur leur territoire. Emanuel est arrivé avec sa femme, ses cinq enfants et ses 7 danseurs... dans le Sud de la France...

J’ai négocié les contrats d’implantation avec l’obtention de subventions publiques et d’aides financières de fondations. J’ai géré la communication, les visas et les autorisations de travail, les voyages et les hébergements pour quinze personnes ainsi qu’une multitude d’autres tâches.

LE MONDE |  16.06.2006
"Didier Michel, jusque-là créateur et directeur du Festival d'Uzès devient le manager international d'Emanuel Gat Dance. Les deux hommes se sont rencontrés en 2002. "Sur scène, il m'émeut par un mélange de beauté, de force, de grâce et de féminité", affirme Didier Michel, qui a ensuite fait la connaissance d'Ifat, sa femme, puis des enfants. Fatigué de lutter pour faire vivre le festival d'Uzès, exaspéré par ses relations difficiles avec les politiques, le directeur de festival a parlé de son départ il y a six mois à Emanuel Gat. Le chorégraphe lui a alors proposé de travailler avec lui.
"Il est précis dans ses pensées, honnête, direct et sévère. J'avais besoin de me sentir libre, et avec lui c'est possible", estime Didier Michel."


Aujourd'hui, il est artiste associé au Festival Montpellier Danse.