Didier MICHEL

attaché de presse de l'Opéra de Lyon fondateur du festival Uzès danse manager d'Emanuel Gat Dance directeur de l'agence de diffusion et de production Mister dante

A propos de moi...


  • 26/09/2018 11:45

J’ai débuté ma carrière en tant qu’assistant d’attaché de presse au Festival Danse à Aix, puis en 1991, je suis nommé Attaché de presse de l’Opéra de Lyon, en vue de l’inauguration de son nouveau bâtiment réalisé par l’architecte Jean Nouvel. En 1995, j’ai créé le Festival Uzès Danse qui est devenu une référence pour la qualité de sa programmation valorisant le patrimoine architectural de la ville. Le festival a reçu pendant trois ans, le soutien de la Communauté Européenne. Dans le cadre de mes fonctions de directeur général, pendant 12 ans, j’ai fait la programmation artistique de 11 festivals, j’ai conçu des programmes, des catalogues, des affiches et j’ai publié 3 ouvrages dans la série “Histoire de danses” aux Editions Marval. J’ai quitté la direction du Festival en 2007 et lors de mon départ, le Ministre de la Culture, Monsieur Renaud Donnedieu de Fabre m’a remis les insignes de Chevalier des Arts et Lettres. Puis, j’ai été engagé en tant qu'Expert international au Festival Madrid en Danza pour concevoir, programmer et organiser des plateformes artistiques espagnoles destinées à des professionnels de la culture. J’ai ainsi accueilli plusieurs centaines de directeurs de théâtre internationaux qui venaient découvrir, à cette occasion, les jeunes artistiques de la péninsule ibérique. À la même période, j’ai invité l’artiste israélien Emanuel Gat à s’installer en France. En tant que Directeur général de la compagnie Emanuel Gat Dance, j’ai négocié les contrats d’implantation avec l’obtention de subventions publiques et d’aides financières de fondations. J’ai géré la communication, les visas et les autorisations de travail, les voyages et les hébergements pour quinze personnes ainsi qu’une multitude d’autres tâches. J’ai été le producteur de ses trois premières œuvres qui ont été présentée sur les plus belles scènes du monde. Enfin de 2012 à 2017, j’ai dirigé une société de diffusion et de production d’artistes internationaux dont Rocio Molina (Espagne), Peeping Tom (Belgique), Ahn Eun Me (Corée du Sud), Tino Fernandez (Colombie). Cette entreprise m’a fait voyager dans le monde entier, travaillant avec les gouvernements étrangers, les ambassades et les services culturels étrangers. J’ai organisé plusieurs tournées en France et en Europe.

Mes débuts à l'Opéra de Lyon


Mes débuts à l'Opéra de Lyon Mes débuts à l'Opéra de Lyon Mes débuts à l'Opéra de Lyon
REPORTAGE FRANCE 2 - JOURNAL DE 20 HEURES
Ouverture de l'Opéra de Lyon conçu par Jean Nouvel

Pendant 4 ans, j’ai construit les plans de communication et j’ai travaillé avec la presse pour en faire un événement culturel d’envergure national et international. J’ai ainsi accueilli pendant 10 jours, plus de 500 journalistes, organisé des duplex télés et radios, et j’ai réussi à obtenir les couvertures d’une cinquantaine de magazines et près de 600 articles de presse. L’événement a été à la hauteur des exigences de la direction de l’Opéra, de la Mairie de Lyon, du cabinet d’architecture et des instances culturelles françaises.

La création du festival Uzès danse


En 1996 naît le Festival Uzès Danse. C’est un nouveau mode de diffusion de l’art chorégraphique qui surgit avec lui. Le Festival répercute cette époque charnière de la danse contemporaine où les grandes innovations se font rares mais où fourmillent les plaisirs simples et les petits trésors. Concocté avec la complicité de Maguy Marin, d’Angelin Preljocaj, de François Raffinot, de Jean-Christophe Maillot… mon parti pris sera de mettre en relation directe le spectateur avec la danse. Du coup, jeunes chorégraphes et propositions audacieuses investissent pleinement la ville d’Uzès. Car l’autre particularité du festival est de faire corps avec des lieux au passé prestigieux. Le Festival Uzès Danse fait souffler sur la ville, aux premiers jours de l’été, l’avant-garde de la danse avec des artistes alors peu connus tels qu’Emio Gréco, Boris Charmatz, Akram Khan, Emanuel Gat, Peeping Tom, Russel Maliphant... qui deviennent vite les « coqueluches » des scènes prestigieuses internationales.
Pendant 12  ans, j’ai œuvré auprès des enfants dans les écoles, j’ai formé un public à la danse, j’ai découvert des artistes qui se produisent aujourd’hui sur les plus belles scènes internationales. Mon statut de directeur m’a fait croiser tous les plus grands chorégraphes français, européens et même internationaux. J’ai voyagé pendant vingt ans dans des festivals, des rencontres professionnelles et je me suis créé un véritable carnet d’adresses réunissant à la fois des artistes, des agents, des producteurs, des directeurs de théâtres et des journalistes nationaux et internationaux.

Mon départ du festival


En 2007, en programmant mon dernier festival,  j’écrivais :

Je reste assis encore quelques minutes, seul avec mes souvenirs. Ma mémoire traverse avec beaucoup d’émotions, les deux ans de gestation pour créer le festival, puis les douze ans de programmations.  Cette période est remplie de rencontres avec les artistes, avec le public jeune ou moins jeune, chaleureux, timide ou éxubérant, reconnaissant, esthète ou curieux. J’ai pu parlé avec passion de la danse qui m’a ouvert les yeux sur le monde artistique contemporain dans lequel le signe se joue de nos connaissances et nous invite à de singulières aventures intellectuelles. J’ai décidé partir, de céder ma place, non à cause de ces problèmes quotidiens qui nous font parfois vaciller, mais parce que je crois très sincèrement que l’habitude tue la créativité, fait mourir doucement la passion et s’éteindre jour après jour les petites étoiles qui brillent au fond de nos yeux. J’aime à penser que le festival continuera à grandir et à offrir à cette magnifique ville d’Uzès, quelques bribes de la vie d’ailleurs, de la folie des créateurs, un autre regard sur le monde qui nous cerne et qui semble parfois bien trop loin.
Mon départ du festival

manager / emanuel gat dance


Au Festival Uzès Danse 2002, j'ai invité Emanuel Gat avec sa pièce "Ana wa anta", un duo qu'il a dansé sur la scène de l'Evêché. Pour la première fois, ce chorégraphe israélien venait en France présenter son travail et le succès médiatique fut au rendez-vous. En 2003, j'ai co-produit, avec le Monaco Dance Forum, un "Sacre du Printemps" mené tambour battant sur de la danse salsa et une fois encore le public et la presse nationale a ovationné cette performance éblouissante...

En 2007, je décidais de quitter le festival Uzès Danse et je suis devenu, à la demande d'Emanuel Gat, le manager de sa compagnie en Israël.  Mais l'argent manquait car il ne recevait qu'une petite subvention de la municipalité de Kyriat Gat. Malgré les coproductions que je parvenais à trouver auprès de festivals internationaux, il avait beaucoup de mal à vivre de son art. C'est alors que je lui ai proposé de venir s'installer en France. Emanuel Gat prendra plusieurs semaines de réflexion et un matin, j'étais chez moi en France, et au téléphone il m'annonce sa décision de quitter Israël. Il me fallait désormais trouver un lieu d'implantation dans le Sud de la France. C'était son souhait de vivre au soleil ! J'ai contacté plusieurs villes, rencontré des maires et des adjoints à la culture sans succès. Et puis un jour, à l'occasion d'un déjeuner de travail avec la directrice du théâtre de l'Olivier à Istres, elle me propose d'obtenir un rendez-vous avec le Président de la communauté d'agglomération Ouest Provence.

Après plusieurs mois de négociation, je suis parvenu à convaincre les différents Maire des villes d'accueillir Emanuel Gat et sa compagnie sur leur territoire. Emanuel est arrivé avec sa femme, ses cinq enfants et ses 7 danseurs... dans le Sud de la France...

J’ai négocié les contrats d’implantation avec l’obtention de subventions publiques et d’aides financières de fondations. J’ai géré la communication, les visas et les autorisations de travail, les voyages et les hébergements pour quinze personnes ainsi qu’une multitude d’autres tâches.

LE MONDE |  16.06.2006
"Didier Michel, jusque-là créateur et directeur du Festival d'Uzès devient le manager international d'Emanuel Gat Dance. Les deux hommes se sont rencontrés en 2002. "Sur scène, il m'émeut par un mélange de beauté, de force, de grâce et de féminité", affirme Didier Michel, qui a ensuite fait la connaissance d'Ifat, sa femme, puis des enfants. Fatigué de lutter pour faire vivre le festival d'Uzès, exaspéré par ses relations difficiles avec les politiques, le directeur de festival a parlé de son départ il y a six mois à Emanuel Gat. Le chorégraphe lui a alors proposé de travailler avec lui.
"Il est précis dans ses pensées, honnête, direct et sévère. J'avais besoin de me sentir libre, et avec lui c'est possible", estime Didier Michel."


Aujourd'hui, il est artiste associé au Festival Montpellier Danse.




Expert international au Festival Madrid en danza


Expert international au Festival Madrid en danza Expert international au Festival Madrid en danza
20 COMPAGNIES PROGRAMMÉS DANS 7 THÉÂTRES
Direction générale Ana Cabo

 J’ai été engagé en tant qu'Expert international au Festival Madrid en Danza pour concevoir, programmer et organiser La VENTANA DE LA DANZA, une plateforme artistique espagnole destinées à des professionnels de la culture. J’ai ainsi accueilli plusieurs centaines de directeurs de théâtre internationaux qui venaient découvrir, à cette occasion, les jeunes chorégraphe de Madrid.

J'ai découvert le travail de Sharon Fridman, Rocio Molina, Antonio Ruz, Janet Novas, Enclave Español, Pablo Esbert Lilienfeld...

DIRECTEUR DE L'AGENCE DE DIFFUSION ET DE PRODUCTION MISTER DANTE


De 2012 à 2017, j’ai dirigé une société de diffusion et de production d’artistes internationaux dont Rocio Molina (Espagne), Peeping Tom (Belgique), Ahn Eun Me (Corée du Sud), Tino Fernandez (Colombie). Cette entreprise m’a fait voyager dans le monde entier, travaillant avec les gouvernements étrangers, les ambassades et les services culturels étrangers. J’ai organisé plusieurs tournées en France et en Europe.

Tous les artistes que nous avons produits, ont choisi des chemins de traverse. Ils étaient à la recherche d’un peu plus de tout ce qui est habituellement offert, un peu plus de rencontres, un peu plus d’invention, un peu plus d’audace et des projets tout en circonvolution, toujours à l’orée de l’humain et du sensible. Et tous les théâtres et les festivals que nous avons conseillé (Festival de Marseille, Paris Quartier d'été) étaient eux aussi en attente de nos folles dérives d’accompagnateurs… car tout est possible pourvu qu’il y ait l’envie !
Didier MICHEL
Directeur artistique de l’agence Mister Dante

Laissez moi un Message

Je vous rejoindrai dans les prochains jours !